PEPINIERES D'ARTISTES

“Projet Bod Kelenn Production”

Pour la promotion des musiques actuelles en langue bretonne

 

 

Introduction : Constat de la promotion des musiques actuelles en langue bretonne 

La multiplicité et la diversité des prix et concours (chants et musiques en breton) tels que le Taol Lañs ou le Kan ar Bobl sont une vraie richesse du développement de la musique et de la culture sur le territoire breton.

Pour autant, il s'avère que ces dispositifs sont limités, isolés malgré la bonne volonté et la motivation certaine des nombreux bénévoles et professionnels qui travaillent à leur mise en œuvre. La mise en lumière et le soutien actif aux lauréats de ces concours, qui doivent assurer la promotion des nouvelles générations de chanteurs et musiciens bretons, restent souvent sans effet, une fois le concours terminé.

 

 

Un soutien insuffisant

Si les groupes sélectionnés lors de ces concours, bénéficient d’une couverture médiatique certaine il n'en demeure pas moins, qu'elle reste toute relative et de courte durée : les artistes n'ayant parfois ni les connaissances ni les moyens de mettre à profit le coup de projecteur dont ils bénéficient. Le travail de mise en lumière et de promotion des nouvelles générations d'artistes, engagées dans la valorisation de la langue bretonne, est donc très complexe et presque inexistante sur le moyen et le long terme.

Les lauréats pouvant participer à la saison des festivals, ne sont pas nécessairement accompagnés dans leur organisation pour en tirer un meilleur profit (ni accompagnement artistique, ni en management, ni en «promo/média»).

 

Le secteur de la production très peu actif 

Suite à la crise du disque, les productions ont largement diminué leurs investissements, et les prises de risques sur des artistes émergents en langue bretonne sont quasi inexistantes. Les productions parisiennes ont, elles aussi, coupé court à la production de certains artistes bretons : Denez Prigent a été remercié par Barclay, Erik Marchand par BMG. Seule Nolwenn Leroy a bénéficié d'une nouvelle production : sur une opération claire et sans grand risque apparent, au regard de sa notoriété et de ses ventes précédentes.

Les productions bretonnes ont, elles aussi, ralenti leur rythme et leurs choix de production : signature des artistes ayant une renommée déjà solide, peu ou pas de signature d'artistes en développement. (Coop-Breizh, Keltia, l’Oz production).

En réaction à ce phénomène, de nombreux artistes ont monté leur propre « micro-label », réservé à leurs albums ou ceux de leur collectif artistique : Innacor, Klam records, Paker prod…

La plupart de ces nouveaux labels sont réunis dans le collectif « Bretagne World Song ». Cependant ces labels ne cherchent pas d’artistes à produire mais servent de support pour les artistes qui les ont créés. Les artistes qui ne peuvent prétendre aux catégories déjà citées se tournent parfois vers l’autoproduction, avec toutes les limites de développement que cela suppose.

Les productions et autoproductions sont toutes distribuées par Coop-Breizh, devenue le seul distributeur breton suite à la liquidation de Keltia Distribution en 2013. Quelques labels travaillent avec le distributeur français L’Autre Distribution.

 

Les difficultés actuelles de production musicale en langue bretonne rendent visible le besoin urgent de promouvoir de nouveaux artistes et de renouveler la programmation musicale bretonne.

 

 

 

Présentation du projet

 

Objectif : Promotion et soutien aux artistes composant en langue bretonne dans le cadre des musiques actuelles. Mise en valeur de la langue bretonne par le vecteur de la musique. Diffusion des créations musicales auprès du plus grand nombre. Création d'un label de production adapté.

 

Développement :

1/ Recenser les différents outils existants pour la promotion des artistes émergents.

                  A/ Les concours

                  B/ Les prix et récompenses CD

 

2/ Mettre en cohérence ces différents outils : identifier les besoins des artistes

 

3/ Compléter ce dispositif en répondant aux besoins qui seront apparu suite à  cet «état des lieux» : repérage des artistes en devenir et accompagnement personnalisé : création du Label Bod Kelenn Production.

 

 

 

 

Première artiste mise en lumière : Kaelig

 

Kaelig nait en 1988 en Centre Bretagne dans une famille ancrée dans la culture bretonne. Elle baigne dans la musique traditionnelle depuis son enfance, et suit ainsi les traces de son grand-père (Sam Poupon), chanteur et sonneur de la région du Faouët.

Sa passion pour le chant nait vers l’âge de 12 ans, dans un premier temps en chantant de la chanson française à la maison, puis en prenant des cours de chant à 17 ans.

En 2012, Kaelig termine ses études d’espagnol et ressent le besoin profond de se reconnecter à ses racines. Elle décide alors de concilier ses 2 passions, le chant et la culture bretonne, et commence à interpréter les chansons chantées ou écrites autrefois par son grand-père.

En janvier 2013, elle se lance dans une formation intensive en langue bretonne avec Skol an Emsav à Rennes. Son 1er clip gagne le "Défi Bro Gozh", un concours initié par France 3 pour rajeunir l'image de l'hymne breton en décembre 2014. 

 

http://www.kaelig.bzh

TEL: 02-56-33-62-85 ou 06-95-12-13-87

MAIL: developpement.bodkelenn[@]gmail.com

Bod Kelenn

7 rue de Cornouaille

56630 Langonnet

Président: Bruno LE CLAINCHE

Coordinateur: Alexis HIE

  • Facebook Clean
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now